PROJET D’ÉTABLISSEMENT 2016 / 2020

LYCÉES ÉLISÉE RECLUS ET PAUL BROCA

SAINTE FOY LA GRANDE

 

Téléchargez le projet d’établissement au format PDF

Sommaire

État des lieux 2016

  • Un lycée rural accueillant, situé à l’extrémité du département
  • Un lycée à taille humaine, qui accueille et accompagne des élèves issus de milieux plutôt défavorisés
  • Une fluidité des parcours installée, de bons Résultats aux examens mais une orientation souvent timorée
  • Un climat scolaire apaisé mais qui se dégrade
  • Des personnels motivés

Axe 1 : Inscrire chaque élève dans un parcours d’excellence

  • Développer l’ambition de chaque élève
  • Créer des parcours adaptés aux besoins des élèves

Axe 2 : Construire un citoyen autonome et responsable

  • Créer un sentiment d’appartenance
  • Former au vivre ensemble

Axe 3 : Créer une culture établissement au service de la communauté éducative

  • Connaitre son établissement
  • Créer une synergie des équipes autour des projets
  • Ouvrir l’établissement

 

 

État des lieux 2016

  • Un lycée rural accueillant, situé à l’extrémité du département

Située aux confins du département de la Gironde, la ville de Sainte Foy La Grande est  une enclave en territoire de Dordogne. L’agglomération compte près de 10 000 habitants sans ville proche, Libourne étant à 42km à l’ouest et Bergerac à 24 km.

La région, fortement agricole, vit du travail de la vigne et d’une agriculture arboricole. Elle ne compte pour ainsi dire aucune industrie. Une antenne du centre hospitalier de Libourne fonctionne et compte  400 lits.

Le lycée entretient de très bonnes relations avec les collèges du secteur. Mais situé à l’extrémité du département, il est éloigné de certains. Il participe à tous les forums d’orientation et organise à la demande toute action de promotion des filières souhaitées par le collège demandeur.

Le lycée est un lieu de vie important pour la ville. Le lien avec les diverses associations est fort, les deux municipalités de proximité sont des relais évidents.

L’établissement se compose de deux bâtiments d’enseignements et d’un plateau sportif avec gymnase. Les locaux sont propres et très bien entretenus. Le bâtiment principal a fait l’objet d’une rénovation en 1997, il est agréable et fonctionnel. En revanche le gymnase est vieillissant.

Pour assurer l’enseignement, les moyens pédagogiques mis à disposition des enseignants sont bons mais restent à développer (salle média langues, plateau sportif …).

  • Un lycée à taille humaine, qui accueille et accompagne des élèves issus de milieux plutôt défavorisés

Le lycée général et technologique compte près de 450 élèves, répartis sur 5 divisions de seconde, 5 en première (L, ES, S et STMG) et cinq en terminale. Le lycée professionnel accueille 240 élèves avec les formations de CAP vente de produit alimentaire, et BAC PRO vente, commerce, gestion administration et accueil soins et services à la personne.

Le LP comme le lycée accueille des jeunes de familles au CSP plus défavorisées que la moyenne (52% au LP pour une moyenne académique de 42% et 35% au LGT pour une moyenne académique de 21%). Le collège de proximité est d’ailleurs en REP.

Les élèves sont majoritairement demi-pensionnaires (65%). Si le lycée professionnel ne représente qu’un tiers des effectifs, il représente deux tiers des jeunes à l’internat.

  • Une fluidité des parcours installée, de bons résultats aux examens  mais une orientation souvent timorée

Les redoublements ont nettement diminué ces dernières années, (6 à 7% en 2nd GT,  moins de 4% dans les autres filières). Le lycée accompagne les jeunes tout au long de leur scolarité. Le lycée propose des passerelles réfléchies, adaptées et judicieuses pour permettre la réussite de chacun (2,6% des élèves de 2nd Gt ont été  orientés en 1ère PRO, aucun en 2nd PRO en 2014).

Si les résultats aux examens professionnels et technologiques sont bons, ceux du lycée général l’ont été aussi cette année. En revanche ils restent largement en dessous des résultats attendus les années précédentes.

Le lycée est à l’image du bassin, les élèves ont du mal à investir le supérieur, à fortiori des études longues.

  • Un climat scolaire apaisé mais qui se dégrade

Les lycées de Sainte Foy La Grande sont des établissements plutôt calmes, même si récemment certaines tensions apparaissent. Elles sont souvent liées à la précarisation des familles et au « climat » de la cité. Si les diverses populations cohabitent, le vivre ensemble reste superficiel.

Si deux fédérations de parents d’élèves sont investies et participent aux diverses instances des lycées, le lien avec certains parents reste difficile à établir et renforcer.

  • Des personnels motivés

71 enseignants (42 sur le LGT et 29 sur le LP), deux CPE (tous sur le LGT), deux documentalistes (un sur chaque établissement), 8 AED, 18 agents et 9 personnels administratifs composent les personnels. L’équipe enseignante est soit nouvellement nommée (37% sont là depuis moins de deux ans), soit implantée depuis longtemps (38% ont plus de 8 ans d’ancienneté dans l’établissement). Elle adhère facilement à tout projet, soutien ou accompagnement au service des élèves. Une vraie réflexion sur la mise en application de la réforme des lycées a eu lieu grâce à un conseil pédagogique qui s’est approprié sa mission.
L’équipe de vie scolaire est composée de deux CPE et de 8 AED. Une CPE prendra sa retraite à la fin de l’année scolaire.
L’équipe des agents fonctionne en bonne entente. Mme la gestionnaire et les deux ouvriers professionnels sont reconnus de tous. Quelques agents ont de grandes problématiques de santé qui obligent l’aménagement de postes.

Axe 1 : Inscrire chaque élève dans un parcours d’excellence

  • Développer l’ambition de chaque élève

Une partie des élèves sont orientés par défaut, ils apprécient mal les difficultés et les contenus des enseignements du lycée. Ils peuvent choisir « la proximité » .

Développer le goût du travail personnel : Mettre en adéquation le travail des élèves et leurs ambitions personnelles

Il convient de renforcer les liens entre le lycée général et le professionnel, de développer la liaison en direction des collèges du secteur.

Une liaison 3ème/seconde est à construire. On pensera tout particulièrement à des réunions avec les professeurs coordinateurs de disciplines pour croiser les programmes sur le troisième trimestre des 3è et des 2ndes, un partage au début du troisième trimestre entre les PP de 3è et les PP de 2ndes mais aussi les coordonnateurs de discipline. Les mini stages fin de troisième permettent d’affiner l’orientation.

Pour développer l’ambition des élèves, on continuera la présentation de filières par les pairs,  les mini stage en fin de seconde (en direction de la 1ère), mais aussi des réunions avec d’anciens élèves.

Développer les cordées de la réussite

Trois cordées de la réussite existent au lycée, une avec l’IEP, une avec les classes préparatoires littéraires du lycée Camille Julian, et une avec la faculté des sciences. Elles correspondent à chacune des filières du lycée général. Toutes sont à développer.

Un partenariat avec les filières STS de proximité  (lycée Maine de Biran et Max Linder) se met en place.

Proposer à chaque élève un parcours culturel

Dans un contexte géographique pauvre, il est nécessaire d’inscrire chaque élève dans un parcours culturel durant sa scolarité au lycée. Il s’agit de développer sa curiosité et d’ouvrir son esprit.

  • Créer des parcours adaptés aux besoins des élèves

Mise en place du « Parcours d’avenir » :

Mise en place de mini stage  3ème/2nd, 2dn/1ère, post BAC ; rencontres 2nd/1ère, anciens élèves, proposer des informations métiers, favoriser les passerelles.

Développer la liaison 3ème /2nd : Rencontre de PP de 3ème et 2nd, …

Développer la liaison post BAC  en créant du lien avec les STS de proximité

Plusieurs BTS de proximité existent (Libourne, Bergerac, ..). Si la liaison existe elle reste à consolider. Les personnels du supérieur pourraient venir présenter leurs filières. Les élèves du lycée professionnel ou technologique iraient visiter les établissements, y effectuer des mini stages. Après pour « fluidifier » l’entrée dans le supérieur, la liaison prendrait une dimension pédagogique

Informer sur les possibilités extrascolaires (service civique, bénévolat…)

Fiches actions de référence :


Axe 2 : Construire un citoyen autonome et responsable

  • Créer un sentiment d’appartenance

Constat : Les élèves ne savent  plus prendre les choses en  main, s’approprier les lieux… ils arrivent au lycée avec une idée de « liberté » et n’ont pas d’esprit d’équipe…

Il convient de créer une identité virtuelle, claire et simple autour.

  • Prendre deux temps d’événements festifs avec au moins 2 moments-clés :
    intégration des nouveaux arrivants (rentrée)
  • remise plus officielle des diplômes

Mettre en place un parrainage entre classe (inter génération) passant peut-être par une gestion du foyer sur le temps d’AP.

Plusieurs actions seront mises en place :

  • Impliquer les élèves dans la vie lycéenne
  • Créer des temps de vie de classe et de prise en charge de la classe (2 jours) (intégration et intermédiaire)
  • Recenser les attentes des élèves
  • Valoriser les actions positives des élèves
  • Création de vêtements d’identification
  • Comité d’anciens élèves

Repenser les événements à caractère festif propices à la cohésion sociale et à la construction de la personnalité des citoyens en devenir.

  • Former au vivre ensemble

Le constat :

1) L’établissement est compartimenté

  • le lycée professionnel et le lycée général
  • les différents acteurs de l’établissement (agents, surveillants, intendance, administration)
  • manque de communication au sein de l’établissement
  • manque d’investissement de la part des parents

2) Le climat scolaire se détériore.

  • augmentation des sanctions, des retards, de l’absentéisme perlé
  • notion de gravité dans les sanctions. Banalisation des sanctions.
  • les retenues ne sont plus considérées comme des sanctions efficaces par les élèves et par les parents.
  • travail donné en retenues n’est pas toujours évalué
  • multiplication des rapports et des exclusions de cours

3) CESC inexistant

  • actions non coordonnées
  • action ponctuelle sans viser à long terme
  • mise en concurrence des actions de prévention avec des objectifs plus pragmatiques :
  • l’objectif premier est le baccalauréat pour les élèves de terminale et il est compliqué de prendre sur les heures de cours.
  • méconnaissance totale de la part des personnels de certaines actions (pas assez de transparence et de coordination entre les différents projets).

Formation des classes sur la fonction de délégués

Une formation de classe en amont des élections sera organisée. Elle permet :

  • La découverte du rôle du délégué
  • Le statut et les missions d’un délégué
  • Une meilleure représentativité de l’élève
  • Une meilleure médiation entre la classe et l’équipe éducative
  • La place du délégué face à l’équipe éducative et dans les instances

En sensibilisant l’ensemble des élèves, on pense avoir des délégués responsables, aux services de la communauté.

Penser un CESC cohérent

Repenser un CESC cohérent permet de donner du sens aux actions conduites et par là même de :

  • Rendre une lisibilité plus grande aux différents projets
  • Coordonner les projets entre les différents services
  • Créer une dynamique sur la prévention de façon transversale
  • Assumer une vraie politique du handicap avec l’ULIS
  • Contribuer à une meilleure connaissance des métiers liés à la santé

Améliorer le climat scolaire

(Communication partagée des sanctions et créer une culture de la sanction partagée)


Axe 3 : Créer une culture établissement au service de la communauté éducative

  • Connaitre son établissement

La cité scolaire est composée de deux lycées. Une centaine d’adultes y travaillent et près de 700 élèves. On constate une méconnaissance des lieux, des personnes, de leurs métiers / fonctions ;  d’où une difficulté de mettre en place un sentiment d’appartenance et de faire circuler l’information. On réalisera un trombinoscope de tous les personnels des lycées, placé dans le couloir des agents, et en salle des professeurs, afin de permettre une consultation aisée par tous les membres du personnel.

Mieux communiquer en interne

Il conviendra de revoir l’utilisation des moyens d’information en salle des professeurs, installer un écran d’information à destination des élèves dans le hall d’entrée, réaliser un trombinoscope de tous les personnels, et prévoir une réunion de fin d’année scolaire (informations et bilan des actions de l’année passée).

On développera les dispositifs permettant l’accès aux informations disponibles et facilitant la circulation de ces informations afin de faciliter la diffusion des informations vers les élèves ou les enseignants.

Participer au site du lycée

Le lycée compte plusieurs sites. Ils sont pour la plupart peu ou mal connus des personnels voir des usagers. Il s’agit tout d’abord de présenter lors de la journée de prérentrée, les différents sites du lycée ; puis d’étudier la nécessité de tel ou tel pour rendre la communication plus efficace et dynamique.

Renforcer l’accueil des personnels

Visite organisée de l’établissement, présentation des sites lors de la réunion de prérentrée, Présenter à tous les membres les diverses filières des lycées.

  • Créer une synergie des équipes autour des projets

Organiser des moments fédérateurs susceptibles de créer du lien social duquel émargerait une culture d’établissement.

On demandera aux élèves en début d’année quels projets ils aimeraient voir en œuvre, pour les rendre acteurs du projet. Par différents moyens (Création d’un journal interne ou web radio au lycée) on organisera des moments fédérateurs susceptibles de créer du lien social duquel émargerait une culture d’établissement.

On pourra aussi restaurer les événements à caractère festif propices à la cohésion sociale et à la construction de la personnalité des citoyens en devenir.

Projet vie scolaire

Projet documentaire

Projet de classe cohérent

  • Ouvrir l’établissement

En direction des parents

Si peu à peu l’établissement s’ouvre aux parents des marges de progrès existent : horaire du conseil de classe, impliquer et inviter les parents pour des temps de restitution du travail de leurs enfants (convivialité).

En direction des entreprises

Ce sont toujours les mêmes entreprises qui s’impliquent (VAE, CCF, Examen CAP Petite Enfance). Les entreprises d’accueil ne répondent pas toutes aux invitations, peu de réponses positives. De moins en moins d’entreprises partenaires dans le Pays Foyen (situation économique défavorable).

On souhaite donc multiplier les actions pour améliorer la coopération et le travail conjoint et développer l’accueil des entreprises qui s’impliquent (exemples : moments conviviaux pour les remercier  (apéritif dinatoire, envoi ou remise de boîtes de chocolats et d’une carte d’invitation  lors de l’évaluation du stage).

En direction des collèges du secteur

Des actions en direction des collèges de proximité existent déjà : mini-stages ; salon des formations à Libourne ; présentation du diaporama des filières professionnelles . En revanche pas de rencontre avec les professeurs principaux des collèges ; pas de visite des collèges au lycée cette année ; pas d’après-midi 4ème au lycée.  La réforme du collège a mobilisé les équipes.

Nous souhaitons mettre en place une liaison directe avec les enseignants de 3ème pour construire des classes plus homogènes, se rendre dans les collèges pour présenter le lycée (diaporama),  ses filières et ses options.